vendredi 18 novembre 2011

Visite de Semur en Auxois (Bourgogne)

Je vous propose aujourd'hui une petite visite de Semur en Auxois, commune de la Côte d'Or. La ville est située sur un éperon granitique et surplombe l' Armançon. Jadis cité médiévale, elle garde de nombreux vestiges de ses fortifications.


Ma visite commence par l'une des portes fortifiées de la ville, la Barbacane. Datant du XVe siècle, elle avait pour mission de protéger l'accès au centre historique de la ville, le bourg Notre Dame.


Juste après avoir passé cette porte, je me trouve face à la porte de Sauvigny. Tout comme la Barbacane, elle date du XVe siècle et servait de pont levis. On peut d'ailleurs toujours voir les emplacements des bras du pont levis.


Au centre de la porte, on y trouve les armoiries de Semur en Auxois avec une couronne ducale car la ville était ratachée au Duché de Bourgogne.

En empruntant le passage qui mène enfin à la vieille ville, on peut voir une statue de Ste Anne enseignant à la Vierge au dessus d'une petite porte.



La statue polychrome de Ste Anne enseignant à la Vierge au dessus d'une porte au linteau en accolade.


La sortie du passage se fait par la porte Guillier, du XIIIe siècle. Elle permet de voir la maison des gouverneurs avec sa tourelle d'escaliers (au centre de la photo) que l'on reconnait bien grâce à ses belles tuiles vernissées.



Je longe une belle maison à pans de bois avant d'arriver sur la place Notre Dame où se dresse l'église du même nom. La rue est très étroite et ne me permet pas d'avoir le recul nécessaire pour avoir cette belle maison dans son intégralité.


L'église Notre Dame


Voici un aperçu de l'intérieur. Comme on peut le voir sur les photos qui suivent, la nef est assez étroite ce qui renforce davantage l'impression de hauteur de l'édifice.


Une autre vue, cette fois ci en cadrage horizontal. Sur la gauche, une statue polychrome du Christ.   




Le collatéral gauche s'ouvre sur plusieurs petites chapelles. L'une d'elles est dédiée à la mémoire des soldats américains (310e régiment d'infanterie, 78e division)  morts  pour la France durant la guerre en 1917 et 1918 et dont la plupart reposent en France. Une photo du vitrail de la chapelle.


Un détail du vitrail


La 3e chapelle possède un vitrail représentant la légende de Ste Barbe. Il fut réalisé au début du XVIe siècle . Le vitrail se lit de gauche à droite en partant du bas : Portrait des donateurs. - Le message des anges - La prison construite par le père de Sainte Barbe pour y enfermer sa fille. - Le refus de Sainte Barbe d'adorer les idoles. - Le refus de Sainte Barbe de suivre le conseil des juges. - Ste Barbe saccageant les idoles. - Le martyre de Sainte Barbe. - Sainte Barbe exécutée par son père. - Sainte Barbe monte au ciel soutenue par les Anges. (source http://mystereetsacre.canalblog.com/)


La chapelle suivante fondée en 1389, conserve un vitrail du 15e siècle (vers 1460), offerts par la confrérie des drapiers. Celui-ci montre les différents métiers de cette confrérie : la tonte, le lavage, le travail du foulon, la coupe, le cardage, le tissage et le peignage.


Le maître autel date du XVIIIe siècle. On ne sait pas exactement d'où il provient. L'ensemble est construit en bois de chêne. On pourrait croire à du marbre mais en réalité il s'agit d'un "faux marbre", ensemble de colles et de pigments. Les moulures et sculptures dorés sont réalisés à la feuille d'or brunie et mate. Parmi celles ci, le motif central, une rocaille, intègre en son centre le symbole trinitaire cerné de rayons de gloire, ainsi qu'un enroulement de feuilles de vigne entourant l'élément central relié de part et d'autre par des feuilles en guirlande.


Une vue du chœur dans son ensemble


En ressortant, je prends une photo de la statue de "La Vierge aux raisins" (oui, regardez bien, elle tient une grappe dans sa main droite). Elle orne le trumeau de la porte principale. Elle fut restaurée au siècle dernier.


Je quitte à présent l'église et son parvis pour descendre sur les rives de l'Armançon. Sur mon chemin, je passe sous la plus vieille porte de l'enceinte du bourg, rue Fontaignotte.


Quelques mètres plus loin, rue de l'Abreuvoir, je croise cette ancienne Tour, j'ai essayé de savoir ce que c'était, mais elle n'apparait dans un aucun guide. Je suppose qu'elle devait elle aussi faire partie de l'enceinte du bourg.


Arrivé tout en bas, je longe l'Armançon par la rive droite. C'est ici que se tenait le quartier artisanal de la cité. On y trouvait des forgerons, bouchers, poissonniers, drapiers,.....
Cette partie de la ville offre une très jolie vue sur le Donjon, ensemble formé de 4 tours et reconstruit au XIIIe siècle. Sur cette photo, on en voit que deux, la Tour de la Prison (à droite) et la Tour Margot (plus à  gauche) aujourd'hui accolée au théâtre. On distingue aussi en bas à gauche, le Pont Pinard.


En face du Pont Pinard, je prend un escalier qui me ramène en haut de la cité, juste à l'entrée du Donjon.
Cet itinéraire me fait passer au pied de la Tour de la Prison.



En haut des escaliers, je passe à nouveau sous une ancienne porte.


Voici les 2 autres tours constituant le Donjon, la Tour de l'Orle d'Or et la Tour de la Géhenne (fin XIVe siècle - photo ci dessous)


A deux pas de là, je m'arrête quelques minutes pour profiter de la vue qu'offre la Promenade des Remparts. Cette dernière est aménagée tout le long avec des tilleuls. Je n'ai malheureusement pas pu aller jusqu'au bout étant donné qu'il y avait des travaux avec des grilles de protection.
Le ciel s'est un peu couvert, mais le soleil est toujours là.


Une vue un peu simpliste de la Promenade des Remparts


La route redescend vers les rives de l'Armançon. Je traverse le Pont des Minimes qui était autrefois fortifié.


Sur la photo suivante, prise sur le Pont des Minimes, on aperçoit dans le fond et à droite la Tour de l'Orle d'Or et la Tour de la Géhenne.


La maison Dieu "les Minimes", jolie maison à pans de bois située juste après le Pont, était autrefois un hôtel réputé dans lequel les voyageurs venant de Paris faisaient halte.


Une statue polychrome de la Vierge à l'enfant orne la façade de la maison


Je continue ma petite ballade le long de l'Armançon......c'est calme et reposant :)


Une autre vue des rives de l'Armançon avec sur la hauteur, la Promenade des Remparts.


Il est maintenant temps pour moi de revenir sur mes pas. Je me détourne un peu afin de passer par le belvédère, situé un peu à l'extérieur de la ville. La vue offerte est magnifique, on voit le Donjon dans son intégralité avec ses 4 tours ainsi que l'église Notre Dame.


Je reviens par le Pont Joly, le dernier de ma visite qui me fera passer au pied de la Tour de l'Orle d'Or.
Cette tour est la plus massive des 4 tours du Donjon. Haute de 44 mètres, murs épais d'environ 2,20 mètres au sommet et de 5 mètres à la base, elle doit son nom aux créneaux qui étaient revêtus de plomb cuivré ce qui donnait "un ourlet d'or". Lors de son démantèlement en 1602, les créneaux furent supprimés créant une grande lézarde sur presque toute la hauteur de la Tour, toujours très visible aujourd'hui.


Et voilà, ma visite de Semur prend fin ici, j'espère que cela vous a plu. Si vous avez l'occasion d'aller visiter cette très belle ville, n'hésitez pas à aller au musée de Semur, vous ne le regrettez pas !

4 commentaires:

  1. Sacré travail sur cet article très intéressant, merci Olivier.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette belle promenade :-)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette belle visite, j'aime bien votre oeil et vos couleurs!
    Petites rectifications, la porte Guillier est du début XIVe s. et la maison qui la jouxte n'est pas la maison du gouverneur mais celle du bailli...
    Pour plus amples renseignements: http://jgmotz.wix.com/laporteguillier#!semur-en-auxois/cpm6

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Le message sera publié après modération.